#mardiconseil : entourez-vous de bêta-lecteurs!

J'ai été publiée en 2017 pour la première fois. Une toute petite maison d'édition en émergence a décidé de faire confiance à mon oeuvre, à prendre un risque. Je n'avais aucune idée comment écrire un livre. Tout ce que je connaissais de la construction d'un texte c'était ce qu'on nous apprenait dans nos cours de français à l'école : introduction, développement, conclusion!


Au début, je ne posais pas trop de questions. J'écrivais au feeling comme on dit. C'était fluide et rapide. Mes premiers romans, je les écrivais en deux mois, trois tout au plus. Je relisais à peine et je soumettais mon projet qui, par chance, était accepté chaque fois. C'était si simple que je croyais avoir eu la touche magique et de faire des romans parfaits. Vous savez, ce sentiment où l'on se dit qu'on n'a rien à faire, juste à écrire comme ça vient et que votre projet sera accepté peu importe le sujet?


Eh bien, malgré 8 romans publiés, je viens de réaliser que je suis bien loin d'avoir compris comment on écrit un livre. Oui, vous avez bien lu! 



J'ai entamé un processus de bêta-lecture sur un projet sur lequel je travaille depuis un an. Je cherchais un regard objectif et j'ai été servi. J'ai eu droit à une analyse complète et totalement objective d'au moins deux personnes qui n'avaient aucune idée de ce que je faisais. J'ai alors compris que j'étais bien loin d'avoir acquis mon plein potentiel.


Être un créateur, il faut savoir être résilient et mettre son orgueil de côté. Ce n'est pas parce qu'on publie un roman (en édition traditionnelle ou autoédition) que l'on ne peut pas s'améliorer! Il y a toujours la place pour le peaufinage.


On peut apprendre à mieux décrire les lieux, les personnages et les univers de nos histoires. 

On peut apprendre à mieux gérer les intrigues et les dénouements. 

On peut apprendre à mieux découper nos chapitres, mieux impliquer nos personnages secondaires et la personnalité de ces derniers.


Après 8 romans, même s'il y a une amélioration d'écriture entre le premier et le dernier, je dois travailler encore plus fort pour devenir meilleur!


Mon conseil du jour : entourez-vous de bêta-lecteur objectifs déterminés à bien cerner vos incohérences, votre syntaxe et à vous soumettre des idées ou propositions pour améliorer votre récit!


Comme je disais sur Twitter récemment, "avoir un oeil extérieur qui nous cible les incohérences est une bénédiction."

Commentaires

  1. Difficile de porter un regard objectif sur ses propres écrits, comme tu le dis. Joli témoignage honnête. La plus dur est de trouver les bêta-lecteurs qui correspondront au style d'écriture de l'auteur, pour ne pas l'encenser, mais ne pas l'écraser non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut aussi réussir à faire confiance. Ce n'est pas évident de laisser son texte à n'importe qui. Je suis vraiment reconnaissante de l'aide apporté par ces bêtas. Je me sens tellement chanceuse ;)

      Supprimer

Publier un commentaire