Prendre action d'abord

 



Je ne pensais pas que la pandémie aurait eu un effet négatif sur mon écriture. Je me suis trompée. Les changements depuis mars se sont fait ressentir de façon insidieuse. L’hypervigilance, les contraintes, les prévisions pour le au cas où, la baisse d’énergie… Les randonnées dans une autre région qui ne sont pas recommandées, le travail qui s’accumule, les tâches qui s’alourdissent, réaliser que les vacances ne sont pas si reposantes que ça( mais je sais désormais à quoi sert un beignet de toilette). Peut-être que finalement, le surmenage me guette ou y a-t-il autre chose ? Et puis j’ai toujours étouffé à Montréal, aujourd’hui je n’ose pas parler d’agonie, mais…

Pourtant ma créativité et mes pensées fortement influencées de l’environnement extérieur sont aussi mon refuge. C’est là que je m’y sens le mieux. Pourquoi est-ce donc la première chose que je balance ?

Et vous savez quoi ? J’ai brisé l’inertie. Et je survis. Je prends du mieux. C’est important de prendre du mieux. En ce moment, mais tous les jours. Prendre soin de soi nous permet de continuer de faire ce qui nous fait du bien et d’apprécier les moments. C’est important de vous rappeler ce que vous aimez. De prendre le temps de faire des choses, n'importe quoi, mais de se rappeler qu'on est bien vivant.

Ce matin j’ai écouté les mômes de l’apocalypse sur Netflix en pyjama, avec un café qui goutte les noisettes. À neuf heures j’ai décollé du sofa et j’ai pris un bain chaud et très long. J’ai réussi à me trainer jusqu’à l’ordinateur et entamer mes corrections de mon manuscrit d’Hansel et Gretel. Je me suis plongée dans cette histoire de sorcière et d’enfants courageux, passant par l’amitié entre deux femmes qui se développent par une confiance réciproque… Puis, l’heure du diner est arrivée rapidement et quand j’ai levé les yeux de mon clavier, je souriais.

J’étais fière des changements apportés. Fière d’avoir raffiné mon histoire. Heureuse d’avoir été à la rencontre de mes personnages, leur donner la chance de faire partie de ce projet tout en leur promettant qu’un jour, il sera publié. Je ne suis pas celle qui écrit le plus d’histoire, mais je vais rendre justice à chacune de mes idées et je vais bien les écrire. Et mieux écrire les prochaines. Aujourd’hui, je suis fière d’avoir tenu ma promesse de donner à nouveau un sens à mon écriture.

Ce n’est pas anodin ce que je vous écris dans cet article. Mon but est de vous rappeler que vous aussi, malgré tout ce qui se passe dans la vie ou avec cette foutue pandémie, votre passion et vos envies doivent vaincre votre lassitude. C’est dans l’action que les choses changent. C’est peut-être lent, mais en faisant un pas à la fois, cela vous aidera et vous passerez au travers des évènements.

Et vous, comment ça va  ?




Commentaires

  1. Quel bon article. Tu as visé juste sur la réalité. J'ai moi aussi une baisse de régime. Heureusement, l'écriture me permet de ne pas sombrer dans la déprime! Une histoire c'est magique pour le cerveau! :D Si ce n'était pas l'écriture, ça serait sans doute la lecture. On lâche pas!

    RépondreSupprimer
  2. Je suis heureuse de voir que tu as brisé l'inertie! Moi, je dirais que depuis quelques mois, j'écris plus qu'avant... C'est un peu ma manière de me réfugier, de me cacher de la réalité... Ça l'a toujours été, mais c'est encore plus nécessaire maintenant, et ça me fait du bien de voir mes histoires avancer!

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire