La recherche ça change pas le monde... sauf que...

Je l'admets d'emblée, je déteste faire des recherches pour mes écrits. En fait, dès que cela dépasse 15 minutes, je trouve cela vraiment pénible. 


Pour démontrer mon horreur aux recherches, prenons pour l'exemple mon nouveau roman, Au coeur de la guerre, sortie il y a une semaine.



J'avais en tête au départ une histoire contemporaine où je mettrais de l'avant le métier de logisticien dans les Forces armées canadiennes (FAC). J'avais jeté mon dévolu sur une mission des FAC en Afghanistan dans les années 90, mais lorsque j'ai réalisé l'ampleur des recherches que je devais faire, j'ai déchanté. Les réponses à mes questions étaient difficiles à trouver et l'envie de me plonger dans les livres pendant des heures ne me plaisait pas trop. Finalement, constatant que même les logisticiens avaient de la difficulté à me guider (les versions du rôle des logisticiens changeaient d'un interlocuteur à l'autre), j'ai décidé de modifier mon histoire et j'ai mis moins l'accent sur son rôle dans l'armée.


Pourquoi avoir mis mon roman dans un futur lointain (2130)? Encore là, la recherche! En effet, lors de mon premier jet, j'avais mis mon histoire pas très loin de nos jours et j'avais attribué la langue arabe à l'Afghanistan.... jusqu'au moment où des gens m'ont appris que dans ce pays, on parlait principalement le patcho!!! J'avais inclus des dialogues arabes dans mon histoire, je devais donc tout changer et mettre ça en patcho! Il fallait donc que j'arrive à trouver quelqu'un qui parle la langue!! Et devinez quoi : ce fut un échec



Que faire alors? 

Me plonger dans des dictionnaires de traduction? 

Me fier à Google traduction? 

Aller rencontrer des gens de la communauté afghane? 


J'ai choisi la solution la plus simple, je l'avoue... J'ai préféré modifier le début de mon histoire pour rendre l'arabe plausible dans cette région du monde dans le futur au lieu de passer des jours à accumuler des informations ici et là. Une mise en scène futuriste qui n'arrivera probablement jamais, mais qui rendait plus facile l'introduction de l'arabe que j'avais déjà inséré.


Voilà un exemple de ce qu'un roman peut demander comme recherche. Tous les auteurs de renoms (et même ceux qui ne le sont pas) vous diront que la recherche est très importante! Vrai! Il faut quand même être logique dans nos écrits. 

Par contre, je vous dirais qu'à moins d'écrire un Da Vinci Code (ou un roman mettant en scène des histoires avec des expertises précises), personnellement, je ne fais pas vraiment de recherches exhaustives.


Lorsqu'on écrit, il y a toujours des moments où l'on se questionne sur la pertinence d'un détail ou si une scène est plausible. C'est inévitable, il y aura des recherches basiques à tout moment. Des notes à prendre constamment. Comme mon exemple plus haut, il est important de s'assurer de vérifier que ce qu'on écrit est vrai, même si on n'écrit pas un Da Vinci Code.


Même les romans d'anticipation et de science-fiction comme j'écris ont besoin de vérification! Prenez votre temps de bien vérifier vos faits, c'est un conseil! Mieux vaut prendre le temps avant que de se faire revenir avec des corrections après.


Bonne écriture!









Commentaires

  1. Je trouve que la recherche est un sujet un peu tabou dans l'écriture. Que faisons-nous quand nous avons une expertise quelconque ? Par exemple, un roman policier demande une certaine compréhension de la loi et du système pénal, non ? Quand je lis du Jules Vernes et que je comprends l'ampleur de la tâche, de ses recherches, des experts qui ont cottoyés l'auteur je vois une montagne insurmontable. Mais il est vrai qu'on doit amener notre histoire le plus juste possible, s'appuyant au mieux sur nos connaissances et nos recherches, ce qui est bien aussi c'est que dans la fiction on peut réussir à tricher un peu ;) ( et vivre avec les commentaires qui suivront ! )

    RépondreSupprimer
  2. Moi, même si j'aime apprendre des choses de manière générale, je n'aime pas non plus passer des heures à faire des recherches pour mes histoires, à moins que ça soit sur un sujet qui me passionne vraiment beaucoup! Sinon, moi aussi j'essaie de faire le minimum de recherches nécessaire, ou je modifie un peu mon idée de base.

    Mais au lieu de me tourner vers la science-fiction ou le futur, je préfère situer mon histoire dans un monde alternatif/imaginaire... c'est plus facile comme ça, je peux entre autres inventer le passé de ce monde au lieu de fouiller dans l'Histoire!

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire